10 août/Actualités/Coup de ciseau…

Capture d_écran 2017-08-10 à 20.32.37

COUP DE CISEAU

Allongé sur le pavé, je me sens plutôt zen. Cela fait longtemps que je ne me suis pas senti aussi bien. Je n’ai pas mal. Je plane. Le coup de ciseau. Fatalement.

Odile trépigne devant moi. Je vois ses semelles rouges. Elle semble nerveuse. Je la sens comme perdue. Elle jongle avec son mobile, une seconde nature. Elle est dépendante de lui. Je dirais qu’elle lui est accrochée plus qu’elle ne peut l’être à moi. Dieu, il fait noir!

J’ai peur du noir mais celui-ci est plutôt rassurant et même enveloppant. Peut-être la lumière. Sans doute que nous ne sommes pas seuls et non plus perdus. Je m’inquiète pour elle. Quelqu’un va nous trouver bientôt. J’en suis sûr.

Odile crie dans le téléphone mais je ne l’entends pas. Je ne sais pas pourquoi. Le coup de ciseau sans doute. De ce genre de blessure, j’en ai pris l’habitude : coup de ciseau, coup de poignard, coup de pic à glace, le lot commun des urgences. Enfin, les urgences, il y a longtemps que je ne les pratique plus. Pour Odile j’ai préféré faire dans l’art plastique. Je donne des coups de ciseaux dans les fesses de Neuilly. J’y ai mon cabinet comme notre appartement, sept pièces, grand luxe s’il vous plaît.

Il fait noir mais la lumière grandit et semble se rapprocher. Elle pénètre l’impasse. Odile ne la voit pas, elle se penche sur moi :

– Bernard!

Tiens, elle se rappelle mon prénom. D’habitude c’est « eh toi! » ou parfois plus mignon « Eh bougon! » Elle est moi « on est pas du même monde ».

Des feux qui éblouissent. Des phares. Des formes autour de moi. Des lèvres qui remuent et dont il ne sort rien. Soulevé de terre, suspendu dans les airs, direction l’ambulance. Je suis bien. Où est passée Odile ? La voilà. Elle prend place siège accompagnant.

Ouf, j’ai le tournis. Je me sens partir en arrière. Tout est bleu autour. Odile est bleue aussi. Je vois la sainte Mère.

Odile n’était pas de première main quand je l’ai connue ou plutôt quand son père me la confiait. Son père, un maître en art plastique. Odile était enceinte, Sixties et Seventies, euphorie, Peace and Love, jupes courtes, cheveux longs dans le vent, la totale. J’ai fait tout le boulot. J’ai reconnu l’enfant. Henri m’a légué le cabinet contre assurance-tropique et j’ai suivi sa trace. Rassurant pour Odile.

À nouveau la lumière, je l’avais oubliée. C’est un point lumineux, blanc, on croirait de la gaze. Ne vous fiez pas à moi, simple déformation. Je regarde au-dehors. La rue est encombrée, l’ambulance arrêtée. Une foule nombreuse se presse autour d’elle. Pourquoi sommes-nous sur l’Île ? Ah oui  : « Coup de ciseau ». Odile voulait voir le spectacle importé d’USA. Je voulais passer une soirée tranquille mais Odile a besoin de sortir. Je l’ai accompagnée.       

Dans la foule, un homme qui me ressemble. J’ai l’impression qu’il veut me parler mais l’ambulance repart. Je crois que je l’ai échappé belle. Il semblait m’appeler. J’ai autre chose à faire, j’ai un coup de ciseau.

Foutue soirée, le spectacle moyen, Odile emballée, juste pour me contrarier. Je n’aime pas payer et faire tout le travail. En tant que spectateur je veux me laisser aller, dormir aussi parfois. Odile s’est amusée. Cela m’a réconforté. Faut dire qu’avec Odile c’est un peu compliqué.

L’ambulance repart. Paris est lumineux, plus qu’à l’accoutumée. La lumière est là, Je l’avais oubliée, oubli pathologique. Elle est un peu comme une mère qui envelopperait. Elle est douce mais en même temps je la sens ferme et forte, comme libératrice. Je me sens renaître, n’ayons pas peur des mots.

Tout est bleu à nouveau. Je me sens invincible. Ce n’est pas ce que pense Odile. Mais je n’ai jamais su ce qu’elle pensait de moi. A la suite d’Henri je lui assure le confort, la quiétude financière, mais côté affectif c’est Moscou en été. Auprès d’elle je ne suis pas invincible, même pas genre combattant. Avec Odile c’est plutôt la guerre froide. Vous voyez ce que je veux dire, on ne se parle pas, on s’évite plutôt, on s’espionne bien-sûr. Je pense lui être totalement indifférent. Elle ne m’a pas choisi, je ne peux lui en vouloir.

La lumière est belle! Voilà la Tour Eiffel, toute bleue ce soir. Elle touche le ciel. Il y fait noir, je meurs d’envie d’y voir.

Odile essaie de se faire entendre de l’ambulancier. Un bruit désagréable. J’ai les oreilles prêtes à exploser : « arrêtez l’ambulance! Faite qu’elle cesse de hurler! »

Tunnel du Pont de l’Alma. Pourquoi faire ce détour ?  « Hep, les urgences c’est derrière!». J’aimerais me faire entendre. C’est un trou noir soudain, interminable passage. L’ambulancier semble avoir mis les gazes. Je ne veux pas finir comme une certaine princesse.

Je suis bien, je ne ressens plus rien.

Odile est inquiète, elle surveille son capital vieux jours. Il faut dire qu’Odile n’a jamais travaillé. Nous avons quelqu’un pour tenir la maison. Je m’occupe des papiers, syndrome phobie chez elle. C’est très avantageux avec les nouvelles lois, déductible des impôts. Odile me dit radin. C’est vrai qu’elle fait preuve de largesse. Mais je parle trop d’elle, si je vous apprends davantage sur moi, mes ambitions, mes illusions peut-être?

J’ai l’impression d’être devant un grand livre ouvert. Je me souviens de tout et surtout de ma mère. Je la vois devant moi comme si c’était hier : petite, les cheveux clairs. Je l’entends me parler.

Ma mère, une femme courageuse. Elle s’est vue contrainte de se mettre au travail quand père nous a quittés. Toutes les nuits, sous les draps froids, les yeux ouverts dans le noir, derrière le rideau, j’écoutais avant de m’endormir le bruit de la vieille Singer. Puis comme une proie au sommeil, je revoyais ces dames qui, le jour, venaient lui donner de l’ouvrage. Alors je me cachais plus profond sous les draps, furieux contre toutes celles qui étaient habillées « du dernier chic » comme disait ma mère. Je crois que j’ai compris très jeune que des mondes différents existaient, différents de notre monde, des mondes dans lesquels je n’aurai pas accès.

Ma mère a fait beaucoup de sacrifices pour que je fasse mes études de médecine dans les meilleures conditions. J’ai donc fait médecine et puis un jour ma mère est morte comme ça, sans prévenir. J’étais à l’hôpital, j’ai vu arriver un brancard. Sur un coup de cœur, partie en un clin d’oeil. Je n’avais pas terminé mes études et je crois que c’est à cause de cela que j’ai pleuré pour la première fois. Elle avait fait tant de sacrifices et veillé tant de nuits, ses jolies mains passantes et repassant l’étoffe et ses pieds, si menus, qui battaient la cadence. Je n’avais pas eu ma juste récompense de mes efforts fournis. Aucun d’applaudissement.

Je n’ai pas eu d’autre femme dans ma vie, pas d’autre à part Odile. Elle est arrivée très vite. Je l’ai vue comme un cadeau du ciel à ma solitude et ma désespérance.

Aïe, je me suis cogné : « Attention devant! Il va me foutre en l’air ». Ouf, ça fait mal. On s’est arrêté net. Que se passe-t-il ? Personne ne me répond. Odile parle avec l’ambulancier sans se soucier de moi. À cette allure je ne serais jamais rendu. J’ai le temps de mourir une fois.

Dieu, il fait noir, je meurs d’envie d’y voir.

Je me sens lourd soudain. L’ambulance fait machine arrière. Elle prend un autre chemin.

La lumière est là, elle ne m’a pas quitté comme une amie fidèle. Plus fidèle qu’Odile.

Sitôt après avoir mis son enfant au monde Odile l’a laissé entre les mains de nourrices car Odile aime être en société à l’inverse de moi qui suis un casanier. Odile c’est la fête avec ses amis, je dis bien ses amis ; le théâtre aussi, -d’ailleurs drôle de coup de ciseau pour moi ce soir- ; les voyages et plus si affinités.

Il y a peu de temps c’est au cours d’un voyage qu’elle a rencontré Fred. Quand j’ai appris son nom j’ai failli mourir de rire. Fred, excusez-moi du peu mais comme protecteur plutôt genre gangster pour une « Casque d’or ». Mais dans cette nouvelle version Marie s’appelle Odile. L’histoire a mal fini pour elle et pour moi. Après une escapade de quelques jours, Fred et Odile ensemble, Odile m’est revenue totalement défaite.

J’avais raison de me méfier d’un homme avec un tel prénom car ce soir j’ai reçu un coup de ciseau.

Nous n’aurions jamais du sortir, encore moins pour aller voir se dérouler un crime. Le spectacle avait bien commencé pourtant et je m’étais même pris au jeu : un crime, des indices à reconstituer, un criminel à prendre. J’avoue que je m’en sortais bien pour tisser une trame quand Odile a joué à me devancer une nouvelle fois. Sa chute a été choisie : le criminel envolé, la victime coupable de s’être faite tuer : une pauvre femme violée après coup de ciseau.

Parfois les événements peuvent être prévenus et j’aurai dû me méfier après le rêve du jour ou plutôt de la nuit : emporté par les eaux. À croire qu’un raz-de-marée n’arrive pas qu’aux autres : « Au secours! Je ne sais pas nager. »

L’ambulancier parle à Odile. Il doit lui dire que la salle m’attend, le Monde avec elle. Je regarde ma blessure, un seul coup de ciseau. Acte chirurgical, je n’aurai pas fait mieux. A croire que Fred connaît bien son histoire : histoire de pratique. Je regarde mon œil, l’affaire est mauvaise. « Plus vite! Je ne veux pas partir d’un oeil. »

Odile c’est le dehors. Mon bonheur c’est d’être dans mon sept pièces à Neuilly pour m’isoler de tout. Dans mon bureau feutré, aucun bruit ne pénètre, et quand l’aspirateur se glisse tout à côté je suis bien heureux de ne pas en profiter. Odile n’y vient jamais. Je l’ai bien invitée mais la messe de Requiem ce n’est pas ce qu’elle aime. À noter au passif.

Quand je mets les écouteurs, pour être plus proche de Lui, je me noie en ré mineur dans la musique céleste. Chut! Le chœur à quatre voix…

Hé l’ami! Ne croyez pas que je n’aime pas la vie, je m’y accroche plutôt. La preuve, hier j’ai souscris une assurance-vie. Odile semble contente de cette décision. C’est une farce que j’ai faite à Odile, genre de la rassurer sur ma fin prochaine. J’ai une excellente santé, mon docteur me l’a dit, je dois faire un vieux coeur.

Nous sortons de Paris, entrons dans un désert : « Il n’y a donc pas de GPS dans cette foutue ambulance ? » Je m’inquiète soudain. Je ne reconnais rien. Il faut dire que depuis longtemps je ne quitte pas Neuilly et non plus le sept pièces. L’atmosphère est étrange, la lumière n’est plus. Sans doute suis-je dans quelque quartier désolé où la fée électricité n’ose pas s’aventurer. En pays inconnu La Reine de la Nuit, « anima-l »  inquiétant, hurle « ne tremble pas» comme motif à la mort  Elle veut me diriger, faire de moi un vainqueur pour mériter Odile. Il est sans doute temps que je me prenne à bras le corps. Je ne sens pas mes bras.

Odile, c’est un peu ma Madeleine, elle est trop bien pour moi. Je me souviens du jour de nos présentations. Henri m’a fait lui ouvrir mon coeur, elle ne s’y est pas jetée. Je n’ai gardé d’elle qu’une fragrance d’oeillet. Vous voyez bien comme moi : aucun retour sur amortissement.

Odile est si parfaite que je pourrais presque remercier Fred de ce coup de ciseau. Comment dois-je faire pour être à sa hauteur? Je parle de Fred bien sûr. Comment lui a-t-il plu ? Peut-être le genre voyou, gros bras, petite cervelle. J’oublie la mèche sur le front. C’est vrai qu’allongé ainsi dans l’ambulance, le crâne dégarni, coup de ciseau dans le cœur, je n’ai rien d’existant. Je peux comprendre Odile. Je devrais prendre sur moi. Mais me trouver avec soi dans la conscience de moi ce n’est pas coutumier. Je suis comme la terre qui tourne autour du soleil, enfin de la lumière. Mais je m’égare de sphère. Je retombe sur terre. Impression détestable.

Ma vie va-t-elle changer quand tout sera fini? Odile me reconnaîtra-t-elle après cet incident ? Vais-je vouloir retrouver une vie que je connais déjà? Odile dit de moi que je n’ai rien qui motive l’envie. Serions-nous sur la même longueur d’onde ? À mettre à l’actif.

Odile dit souvent que je suis gris à voir même dans ma blouse blanche. D’après elle, je n’aurais d’intérêt que pour celles qui veulent lui ressembler et qui avancent en âge. C’est vrai qu’Odile est jolie. Les fileuses n’ont pas encore exercé leurs fatales fonctions sur son visage parfait et non plus sur ses reins alors que Pénélope travaille sans relâche sur moi comme une amie fidèle. Plus âgé qu’elle, tiendrais-je une distance que je n’ai jamais tenue ? Je n’ai pas d’endurance. Fred est jeune et beau garçon. Dommage pour son prénom qui lui retire du charme.

Revenons à moi-même, c’est tout de même le sujet : « vite! Envoyez de l’aide à un désespéré au cœur que l’on transperce ! » Mon corps est comme roué de coups, coup de ciseau oblige.

Je ne vois plus de lumière mais une Ombre qui me suit. Ce serait bien la première fois que j’intéresse quelqu’un. Derrière l’ambulance Elle s’accroche aux roues.

Avant Odile j’avais une autre vie. Médecine, c’était une idée de ma mère. Je voulais être artiste. Mais artiste dans quoi, je ne le savais pas. Faute de trouver une réponse, je me suis résigné à rassurer ma mère et Odile est venue.

Triste constat car même maintenant je regarde Odile qui regarde ailleurs et je ne peux rien fair. D’ailleurs, pourquoi devrais-je lutter quand sous mes yeux une idylle se prépare à naître ?

L’Ombre me rappelle à moi, me rappelle tout ce que je n’ai pas fait et que je voudrais être. Bilan catastrophique. Déroute assurée. Où donc est la lumière ?

Mon enfance revient, un archipel d’images qui veulent me submerger.

À la maison il n’y avait pas beaucoup de distractions, pas de musique non plus. La vie y était monotone. Le dimanche, abeille derrière la vitre, je regardais l’impasse où personne n’entrait en priant je ne sais quoi pour que le jour fasse place à la nuit et que revienne l’école. Ma mère travaillait comme tous les autres jours. Je n’allais pas avec elle au cinéma de quartier comme ceux de mon âge qui, avec leurs mères cousues par ma mère, s’asseyaient tout près d’elles dans le noir pour applaudir Charlot dans Les feux de la rampe.

Pour faire que mon dimanche me donne un sourire, ma mère me confiait parfois une petite pièce pour quelques friandises. Je ne les aime pas. Je gardais cette pièce qui, ajoutée à celles des dimanches suivants, devenait une somme suffisante pour me faire découvrir des destins prestigieux.

Au tabac du coin je m’étais abonné à une bande-dessinée qui contait un héros de taille surhumaine, et pendant que ma mère construisait notre vie en bâtissant le drap, derrière le rideau, dans le noir, au bruit de la Singer, je pressais sur mon front les pages cousues entre elles, croyant que l’impression de ses faits sur papier, « pressionnés » sur mon front, pourrait impressionner la jolie patronne du tabac d’à côté. Cela n’y suffisait pas et j’errais, vagabond, devant les friandises qui ne me tentaient pas.

J’ai oublié la lutte. Je n’ai jamais lutté. J’ai plus de regrets que de remords au compteur, enfin, au bilan. Désolé que le débit n’égale pas le crédit. J’ai passé une vie à vouloir plaire aux autres. Tout d’abord à ma mère, aux collègues ensuite, pour finir à Henri.

Pour Odile c’est différent, je n’ai pas essayé. Elle m’impressionnait trop. Quand je passais mes nuits aux urgences elle dansait à Woodstock. J’ai vu le film, mais pour moi Santana c’est plutôt un western, calibre spaghetti. Je préfère Mozart, genre intemporel. Je rêve de traverser les époques et rejoindre avec lui Braille au Panthéon pour lui ouvrir les yeux, et peut-être les oreilles. Je parle bien-sûr d’Odile. Mais être à tu et à toi avec eux ne serait-ce pas l’Ombre qui ne me quitte pas. Le jeu est dangereux. Je préfère censurer.

L’ambulance accélère. Y a-t-il danger ? Dois-je m’inquiéter ? Je grelotte. Il fait noir. Je meurs d’envie d’y voir.

L’ambulancier se penche sur le coup de ciseau. Il regarde Odile, lui caresse la main. Elle paraît inquiète, son capital vieux jour lui file entre les doigts. Ouf! Il reste l’assurance. Odile me sourit.

Je vais plaire à Odile. Je veux être son héros. L’artiste entre en scène. Les projecteurs sont prêts. Lumière! Cette fois c’est moi qui donne le résultat. Coup de ciseau : rideau.

logo fond noir petit Brigitte Crespo

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s